Rentrée des classes : astuces pour économiser quand on est étudiant

Si vous êtes étudiants, alors en plus des frais de rentrée (classeurs, papiers…), vous aurez à faire face à différents frais, surtout si vous n’habitez plus chez vos parents : logement, nourriture, carte de transport. En plus de ça il faudra ajouter des frais comme les livres par exemple, pas forcément une petite dépense…

On va aborder tous ces points dans cet article : le logement, la santé, les livres, etc. Et j’espère pouvoir donner des pistes pour aborder la rentrée sereinement.

De quoi avez-vous réellement besoin ?

Tous les ans, les listes de fournitures nécessaires paraissent exorbitante, et à mon avis elles le sont. Je me souviens au collège de tel prof qui voulait un cahier comme ceci, tel autre qui voulait un cahier comme cela, celui qui voulait des classeurs… le cauchemars pour les parents je pense.

Réutiliser. Avant de vous lancer à la course aux achats, faites le point avec vos enfants sur ce que vous avez déjà. Il y a des choses qui sont difficilement réutilisables d’une année sur l’autre (un cahier plein par exemple), mais ce n’est pas le cas de tout. Par exemple : les classeurs, rien de plus facile que de les vider et attacher les feuilles ensembles. Calculatrices, règles, compas, gommes, stylos, stylos-plumetrousse

Tout ceci est réutilisable et ne devrait pas être racheté chaque année. Si quelqu’un veut vous faire croire qu’il faut changer de stylo plume tous les ans, c’est un mensonge. J’utilise le même stylo plume « Batman » depuis le collège et il vient seulement de rendre l’âme, après presque 15 ans de services. Pareil pour le cartable.

Vos enfants sont du genre à égarer leurs affaires ? Organisez une chasse au trésor chez vous. Motivez-les en leur disant qu’ils pourront avoir l’agenda de leur choix s’ils retrouvent gommes et crayons et qu’il n’y a pas besoin d’en racheter.

Comment bien gérer les courses ?

Maintenant que vous avez fait le point sur ce que vous avez déjà, faites une liste avec vos enfants pour vous mettre d’accord sur ce que vous allez acheter. Voici ensuite quelques conseils pour ne pas exploser le budget :

  1. Méfiez vous de vos enfants, surtout les plus jeunes, ils pourraient glisser quelque chose dans le panier à votre insu
  2. Regardez bien tous les articles dans le magasin. Vous avez souvent des promotions lors de la rentrée, mais elles sont souvent cachées !
  3. Méfiez-vous des fausses bonnes affaires : 2 gommes achetées, 1 gomme offerte, pourquoi pas si vous faites attention à les garder d’une année sur l’autre. Si ce n’est pas le cas, vous utiliserez une seule gomme et perdrez sans doutes les deux autres…
  4. Attention aux marques : entre un cahier de marque et un cahier de base, la seule différence c’est le prix (et la couverture), vos enfants n’apprendront pas mieux dans un cahier plus cher.
  5. Si vous êtes bien organisés, profitez des promotions pour refaire vos stocks : feuilles, crayons… Gérez ensuite ce stock sur une année, voire deux !

Le logement

D’après une enquête réalisée par l’institut IPSOS  et dont vous pouvez lire un bon compte-rendu sur le site du Figaro, un étudiant dépense en moyenne 521 euros par mois, et le plus gros poste de dépenses est le logement, avec 279 euros par mois une fois les aides déduites.

Il y a 4 grandes façons de se loger quand on est étudiant et qu’on n’habite plus chez ses parents :

Le CROUS/CNOUS : ce sont les résidences universitaires de l’État, il y a en France environ 150000 places pour 2,3 millions d’étudiants. Soient 0.7 chambres/100 étudiants à Paris. Autant vous dire qu’il faut s’y prendre très tôt pour avoir une place (en Avril de l’année précédente). Les places sont attribuées sur critères sociaux et les boursiers sont prioritaires. A Paris il faut souvent être boursier d’échelon 5 pour pouvoir y accéder.

Chez un particulier : ça peut être une chambre dans une famille, ou un studio indépendant par exemple. Il faut compter environ 550 euros par mois à Paris, et 300 euros par mois dans les autres villes universitaires pour ce type de logement. Pour trouver une chambre, vous pouvez passer par les petites annonces sur Internet, ou sur le site internet du CROUS.
Attention aux arnaques : certaines agences peu scrupuleuses vous font payer pour consulter les annonces. Refusez.

En colocation : ça fait rêver tout le monde (ou pas) et pourtant seuls 5% des étudiants en France habitent en colocation. L’idéal c’est d’être au moins 3, ce qui permet de vraiment baisser son loyer. Notez que si vous êtes seulement 2 et que vous vous déclarez en concubinage auprès de la CAF, vous toucherez des aides plus importantes. La coloc est à mon avis une bonne façon de se loger, c’est mieux d’avoir des colocataires également étudiants (pensez aux petites annonces dans les facs pour trouver des colocs).

Chez un senior : vu la tête de notre pyramide des âges, cette solution deviendra à mon avis de plus en plus populaire mais pour l’instant elle ne concerne que 100 étudiants en tout en France. Le logement est en général gratuit, mais en contrepartie vous devrez vous engager à être présent de temps en temps pour discuter avec votre senior, à faire les courses etc. Si vous voulez plus de détails, vous pouvez lire un bilan ici. A la fin de l’article il y a une liste d’associations qui mettent en relation seniors et étudiants.

Voilà, pour les façons de se loger, passons maintenant aux différentes aides. J’en connais 3, donc je vais vous en parler :

Les APL : ou Allocation Pour le Logement. Tout est dans le nom. Cette aide est disponible pour TOUS les étudiants, que vos parents soient milliardaires ou pas. Elle est calculée sur les revenus de l’étudiant et pas sur les revenus des parents. Pour faire une simulation de votre aide, vous pouvez aller sur le site de la CAF : www.caf.fr.

Le Locapass : il vous permet d’obtenir un prêt pour votre caution, remboursable en 3 ans avec 0% d’intérêts. Si une de vos angoisses c’est de ne pas pouvoir payer la caution exorbitante qu’on vous demande d’un seul coup, allez faire un tour sur le site aidologement.com. Soyez sur tout de même d’avoir un plan pour rembourser votre

Le dispositif ALINE : ALINE comme allocation pour l’installation des étudiants. Lancé en 2006 pour 80000 étudiants boursiers qui quittaient pour la première fois le domicile familial, il s’agissait d’une aide de 300 euros. Je ne sais pas si ce dispositif a été poursuivi ou abandonné. Si vous le savez, dites le moi !

La santé et la nourriture

Toujours d’après l’article que je citais plus haut, l’alimentation est le deuxième poste de dépense d’un étudiant avec en moyenne 134 euros par mois.

Pour le midi, je pense qu’il faut avoir le réflexe CROUS : le prix du ticket restaurant est très abordable et il permet de manger au moins un repas équilibré dans la journée. A condition de ne pas prendre des frites tous les jours, bien sur ;-) Et encore, y’en a qui ont des métabolismes qui permettent ce genre de choses.

Pour le reste, on sait tous que les pâtes et les soupes sont les aliments préférés des étudiants. Essayez de caser quelques fruits dans votre régime alimentaire, votre futur vous vous remerciera. Un bon plan pour trouver des fruits pas trop cher, c’est d’aller au marché lorsqu’il se termine et de marchander pour les restes.

En ce qui concerne la santé, vous êtes obligés de cotiser auprès de la sécurité sociale si vous faites des études et la cotisation est de 203 euros cette année.

Comme vous le savez, la sécu ne rembourse pas tout, et je pense que c’est une très bonne idée d’avoir une mutuelle si vous ne pouvez pas bénéficier de celle de vos parents. J’entends beaucoup d’étudiants dire qu’ils font l’impasse sur la mutuelle parce que « c’est trop cher »… à mon avis c’est une erreur. Le forfait le moins cher de la LDE par exemple est de 5 euros par mois et vous aidera bien en cas de pépin. Le forfait moyen est de 15 euros par mois. Soit le prix d’une heure de cours de maths à un élève de 6ème.

Les livres

Sur l’enquête mentionnée plus haut, les livres ne représentent qu’une toute petite part du budget, jusqu’à ce qu’on comprenne qu’il s’agit des livres « loisirs » et que ce poste de dépense ne compte pas les livres nécessaires pour vos cours. A mon avis ce chiffre est biaisé surtout quand on voit la somme de livres qu’il faut acheter en droit par exemple !

Heureusement, à part pour certaines matières où il faut toujours avoir l’édition la plus à jour (le droit…), on peut faire des économies sur les livres. Tout d’abord on en trouve beaucoup d’occasion, soit en librairie, soit directement auprès de son propriétaire.

Si votre cours vous demande des livres en anglais, regardez si par chance vous ne pouvez pas trouver une édition internationale de cet ouvrage. Ces éditions sont également appelées « low price edition »… parce qu’elles sont effectivement à prix discount. En fait ces ouvrages sont destinés aux étudiants Indiens (principalement) et Chinois et leur prix est donc indexé sur le prix de la vie dans ces pays. L’impression est souvent d’un peu moins bonne qualité, donc si c’est un livre que vous allez ouvrir toutes les semaines pour le reste de votre vie, ça ne vaut peut-être pas le coup, sinon ça peut être très intéressant. Je dirai qu’environ 1/3 de mes livres de cours sont dans ces éditions. Personnellement je les trouve sur ce site.

Faut-il faire un prêt étudiant ou pas ?

Peut-être que c’est une question que vous vous posez. Si vos parents ne peuvent pas financer vos études, que vous n’avez pas le droit aux bourses et que vous pensez qu’avoir un job en plus de vos études va vous freiner, ou tout simplement si votre emploi du temps ne permet pas d’avoir un travail à côté des études (écoles de commerces et d’ingénieurs par exemple), le prêt étudiant peut être votre recours.

Avant de vous engagez, réfléchissez bien à comment vous allez rembourser votre prêt. Est-ce que vous êtes dans un secteur porteur ? Est-ce que vous trouverez du travail facilement à la fin de vos études ? Quel sera votre salaire ? Posez-vous les bonnes questions pour ne pas vous retrouver le bec dans l’eau à la fin de vos études comme beaucoup d’étudiants Américains et Anglais par exemple.

Quelques conseils supplémentaires

Une autre façon d’économiser sur les courses de rentrée c’est d’acheter les fournitures en ligne. Deux sites se démarquent du reste : rentrée discount et rentrée des classes. Tous les deux offrent la livraison à partir de 69 euros d’achats. Si vous avez plusieurs enfants ça peut être intéressant.

Enfin, une liste d’environ 40 fournitues essentielles pour la rentrée est établie chaque année par la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP) et l’association Familles de France. Ces articles, un prix est négocié avec les distributeurs et normalement vous pouvez les trouver en grandes surfaces avec un logo « essentiels de la rentrée » entre le 30 juin et le 30 septembre.

D’autres idées à partager? N’hésitez pas en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *