Rat Race, Indépendance Financière et Hamsters

Après avoir écrit mon article sur Père Riche, Père Pauvre et m’être un peu énervée contre l’appellation de hamster de tous ceux qui ne sont pas des investisseurs, je me suis dit qu’il était peut-être temps de définir ce qu’est la rat race et l’indépendance financière pour ceux qui ne sont pas familiers avec ces termes et ce qu’ils décrivent réellement.

 

Quelques définitions

Une « Rat Race » est littéralement une « course de rats ». C’est un terme utilisé en anglais pour décrire une course futile, qui n’a pas de sens. Un peu comme les rats de laboratoire qu’on fait courir dans des labyrinthes et qui ne peuvent pas s’échaper de leur boîte. Cette expression est de plus en plus utilisée pour parler du travail, surtout lorsqu’il prend trop de temps. On dira alors de quelqu’un qu’il est « prisonnier de la rat race ».

En effet, voici le schéma de vie qu’on peut imaginer pour quelqu’un qui est prisonnier de la rat race :

  • travailler plus (pour gagner plus ;-) )
  • payer les factures
  • travailler plus
  • recevoir une augmentations
  • acheter une maison plus grande / une nouvelle voiture / un bateau
  • travailler plus pour payer les nouveaux frais
  • recommencer le processus
  • etc…

Dans ce cas, la course ne s’arrête jamais : quand on obtient plus d’argent, on augmente son niveau de vie et on recommence à travailler plus pour gagner plus d’argent.

Le « problème » des gens qui sont dans la rat race, c’est qu’ils sont en général dépendants de quelqu’un : il sont dépendants de leur employeur. S’ils font du mauvais travail et qu’ils sont virés, c’est la catastrophe. Du coup, souvent ces gens sont stressés et anxieux. Posez-vous la question à vous-même, si vous perdiez votre emploi demain, comment est-ce que vous réagiriez ?

De l’autre côté de l’échelle, il y a ceux qui ont atteint l’indépendance financière. Ce sont ceux qui n’ont plus besoin de travailler pour quelqu’un d’autre pour gagner de l’argent. Soit parce qu’ils sont leur propre patron, soit parce qu’ils ont suffisamment d’actifs (ce que j’appelais un atout financier dans mon article sur Père Riche, Père Pauvre) pour pouvoir vivre de l’argent généré par ces actifs. Par exemple un actionnaire qui a un retour annuel sur ses actions de 40,000 euros est indépendant financier, il n’a pas besoin de travailler. De même, si vous avec un parc immobilier suffisamment grand pour couvrir tous les mois vos besoins financiers, vous êtes indépendants.

Sortir de la rat race

La rat race, c’est un peu notre mode « par défaut » : celui qu’on nous apprend à l’école. Travailler, avoir du travail, consommer, avoir un meilleur travail etc. etc. jusqu’au jour de sa retraite, où on peut enfin vivre.

Évidemment, ce que l’école ne nous dit pas, c’est qu’il y a une autre voie : chacun de nous peut décider que ce système n’est pas celui qui lui convient et qu’il veut donc en sortir. Ultimement, je pense que l’indépendance financière est l’état le plus naturel pour chaque citoyen et ça devrait donc être un objectif pour chacun. La seule variable entre les individus finalement c’est comment on atteint cet état et quand.

C’est pour ça que je n’aime pas beaucoup le ton de Père Riche, Père Pauvre, parce que je ne pense pas qu’entre les deux extrêmes (prisonnier de la rat race ou indépendant financier) il n’y ait rien. Je pense que beaucoup de gens sont dans le schéma de la rat race parce qu’ils ne savent pas qu’ils ont le choix. Parce qu’ils n’ont pas l’éducation financière qui va avec. C’est contre ça qu’il faut se battre, contre l’ignorance financière, pas contre ceux qui sont dans la rat race.

Par ailleurs, devenir rentier n’est pas nécessairement le choix de tout le monde. Je pense que beaucoup de gens qui travaillent dans la recherche par exemple le font par passion. Une preuve de ce que je dis ? Regardez l’âge auquel certains chercheurs partent à la retraite dans les pays où ils ne sont pas obligés d’arrêter de travailler à 65 ans ! Un de mes directeurs de thèse a 78 ans ! Et je crois bien qu’il est millionnaire, alors ce n’est certainement pas l’argent qui le pousse à travailler.

Voilà pourquoi je n’aime pas traiter les gens de hamsters : il y a aussi ceux qui sont là par ignorance et qu’il faut aider, et ceux qui sont là par passion. Le plus important dans la marche vers l’indépendance financière c’est de se donner des choix.

Les premiers pas

Alors justement, quels sont les premiers pas vers l’indépendance financière ? Je pense qu’on peut suivre les trois points suivants :

  1. Reprenez contrôle de vos financesen faisant vos comptes par exemple. Arrêtez de vous sentir dépassés par vos dépenses !
  2. Devenez riche, tout simplement en dépensant moins que ce que vous gagnez.
  3. Créez votre fond de secours. Pour moi c’est le premier vrai pas vers l’indépendance financière car il vous permettra d’être moins angoissé si vous perdez votre travail et de pouvoir dire « non » si on vous propose quelque chose qui ne vous convient pas. Vous venez de vous donner des choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *