La stratégie du min-max

Jusqu’à très récemment, j’avais un vélo tout pourri pour aller de chez moi jusqu’au boulot. C’était un vélo que j’ai construit moi-même avec des pièces de récupération, et seuls les pneus étaient neufs. A côté de ça, j’ai un superbe VTT, acheté d’occase, et dont les freins seuls coûtent plus cher que tout ce que j’ai dépensé pour mon vélo pourri. Vous pensez que c’est une contradiction ? Non ! C’est une stratégie : la stratégie du min-max.

Une petite leçon apprise dans les jeux vidéos

Ceux parmi vous qui jouent à des jeux vidéos du type Oblivion ou World of Warcraft savent déjà ce dont je vais parler. Le terme « min-max » vient en effet de ce milieu. Pour tous ceux qui ne veulent pas se mettre à jouer, je vais vous expliquer de quoi il s’agit.

Dans la plupart des jeux vidéos d’aujourd’hui, on peut faire évoluer son personnage comme on veut. On peut choisir de devenir un magicien ou un guerrier par exemple. La stratégie du « min-max » consiste à utiliser le plus de ressources possibles (max) pour acquérir les compétences importantes et le moins de ressources (min) pour celles qui sont accessoires. Par exemple pour un nombre d’argent et de temps donné, un magicien va choisir de les dépenser pour maximiser ses connaissances et son intelligence et ne dépensera que très peu pour augmenter sa force. Pour un guerrier, la stratégie inverse s’impose ! En choisissant quelles qualités maximiser, on utilise au mieux ses ressources.

Le choix moyen

Le problème, c’est que dans la vraie vie, on n’applique pas très souvent la stratégie du min-max. Des gens sont très très bien payés pour étudier les habitudes des consommateurs et ils ont découvert que lorsqu’on a le choix entre trois objets similaires, on achète en général celui qui a le prix moyen. Et ce quelle que soit la fréquence d’utilisation de l’objet !

Prenons un autre exemple que les vélos : la cuisine. J’aime beaucoup cuisiner, et la première fois que j’ai acheté une poêle, j’en ai pris une anti-adhésive, de prix moyen. Bien sur, deux ans plus tard, le revêtement se détache, et la poêle est bonne à changer. C’était clairement un mauvais choix ! Et si entre-temps je n’avais pas découvert 2/3 trucs, j’aurais de nouveau acheté le même genre de poêle ! Et ça aurait ajouté un prix de remplacement au prix d’achat initial.

Alors quand il a fallu changer de poêle, j’en ai acheté une en fonte. Elle sera encore là dans 100 ans, moi non. Pour le coup, j’ai maximisé mon choix. En revanche, je me moque complètement d’avoir des assiettes dépareillées, et du coup j’ai acheté toutes mes assiettes d’occasion. Pour les assiettes je minimise.

Les études marketings montrent que quel que soit l’objet de nos achats, on achète un truc de prix moyen. En fait il faudrait être un peu moins en pilote automatique quand on fait ses courses et réfléchir à ce qu’on veut maximiser et ce qu’on veut minimiser.

Qu’est-ce qu’il faut maximiser ?

Est-ce que vous allez vous servir de cet objet tous les jours ? Est-ce que vous pouvez vraiment faire la différence entre la super version et une version plus bas de gamme ? Si oui, alors investissez dans le top, et prenez soin de vos outils ! D’ailleurs une des façons de voir si vous aimez vraiment ce que vous faites, c’est lorsque prendre soin de vos outils est un plaisir et non pas une tâche pénible.

Attention, quand vous choisissez, ne prenez pas le top du top, mais le top de vos compétences. Par exemple, je ne pourrais pas faire la différence entre un bon couteau de cuisine et un super bon couteau de chef. Donc le bon couteau, c’est suffisant en ce qui me concerne.

Privilégiez l’occase

Une fois que vous avez décidé du top, pas la peine de vous précipiter. En attendant un peu, vous trouverez sans doute une bonne occase. Par exemple, pour mon VTT, j’ai attendu pendant plusieurs mois, je me suis tâtée, et finalement j’ai trouvé celui-là en occasion ! Quand on achète de l’occasion, on sur-maximise ! (pas très français tout ça, mais je pense que vous saisissez le concept).

Qu’est-ce qu’il faut minimiser ?

Difficile de répondre à cette question, car on a souvent envie de tout avoir de qualité… A mon avis, il faut penser aux objets qu’on n’utilise pas tous les jours. Votre paire de skis par exemple : si vous n’allez skier qu’une fois par an, est-ce utile d’avoir le top ?

Une autre piste pour minimiser, ce sont les produits dont on se sert tous les jours mais qu’on ne peut pas réutiliser. Par exemple, le produit vaisselle, est-ce qu’il y a vraiment une différence entre un produit de marque et un produit moins cher ? Pareil pour la lessive ?

Testez la méthode !

Est-ce que vous appliquez déjà cette stratégie ? Sans doute un peu inconsciemment. Pensez-y la prochaine fois que vous voulez faire un achat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *