Faire soi-même versus acheter

Depuis que je suis aux États-Unis j’ai l’impression de faire beaucoup plus de choses moi-même que lorsque j’étais en France.

Là où c’est le plus frappant par exemple c’est la cuisine. En France je ne faisais jamais mon pain moi-même. Ici j’ai commencé à cuisiner… parce que la cuisine locale me faisait peur !! Les hamburgers et autres burrito de temps en temps ça va, mais tous les jours ce serait la catastrophe. Donc j’ai commencé à cuisiner.

Et puis j’ai commencé à faire de plus en plus de trucs moi-même : réparer le vélo, construire des meubles, faire pousser des tomates…

Parfois ça me coûte moins cher que d’acheter, parfois non. Alors comment choisir entre faire quelque chose soi-même et acheter ?

Ma règle d’or

Voici ce que je me dis :

Il faut toujours faire soi-même si le prix de réalisation est inférieur au prix d’achat
et/ou si la qualité est supérieure à la qualité d’achat.

La vraie question c’est finalement : comment évaluer le prix et la qualité de quelque chose qu’on fait soi-même, pour pouvoir les comparer avec l’objet qu’on pourrait acheter.

Pour évaluer le prix il y a deux critères à prendre en compte :

  • Le prix de la matière première, c’est-à-dire ce que vous allez devoir investir pour réaliser l’objet. Par exemple si je veux encadrer une affiche, il va me falloir du bois, de la colle à bois si je n’en ai pas etc…
  • Le temps passé à réaliser l’objet. C’est un critère important. Si je gagne 6 euros à faire un cadre pour une affiche moi-même par rapport au prix d’achat, mais que je passe 3h à le faire, ça veut dire que je viens de passer 3h à travailler pour 2 euros de l’heure. Sauf si réaliser un cadre est une passion, ça ne vaut peut-être pas le coup ! Pour ce prix-là je gagnerais plus à travailler au Mc Do.

Voilà, ça, ce serait la façon simple de répondre à cette question du prix : je regarde combien d’argent je vais gagner en faisant mon cadre et combien de temps je vais passer à le faire. Si mon « salaire horaire » est trop faible alors ça ne vaut pas le coup. En fait, il y a d’autres critères à prendre en compte et on y reviendra plus loin.

Évaluer la qualité finalement c’est plus simple :

  • Si je suis capable de fabriquer quelque chose qui a au moins la même durée de vie qu’un produit du commerce, alors ce sera toujours de meilleure qualité (ou au moins égale), parce que l’objet sera complètement adapté à mes besoins.
  • Certains objets sont toujours de meilleure qualité que ceux du commerce : les légumes du potager, les plats cuisinés maison vs les plats surgelés, etc…

Les autres critères importants

Parfois le prix d’un objet n’est pas le seul critère. Pour moi il y a trois autres points très importants quand je décide de faire quelque chose moi-même plutôt que d’aller l’acheter :

Est-ce que je vais apprendre quelque chose de nouveau ? Par exemple il y a quelques mois je me suis lancée dans la fabrication d’une remorque pour mon vélo. Peut-être qu’une fois finie elle ne sera pas moins chère qu’une remorque du commerce mais en attendant j’aurai appris à me servir de toutes les machines de l’atelier, et c’est une bonne compétence !

La satisfaction du travail accompli. Comme qui dirait, il y a des choses qui ne s’achètent pas, la satisfaction de regarder un objet après quelques heures de travail et de se dire « je l’ai fait moi-même », ça fait partie de ces choses là !

La possibilité de personnaliser ses objets. Quand vous construisez quelque chose, vous choisissez exactement la couleur que vous voulez, la forme que vous voulez, etc. Et quand vous faîtes un cadeau à quelqu’un, c’est tellement plus sympa quand c’est fait maison !

Le mot de la fin

Au delà de l’aspect financier, je pense qu’avoir les compétences de réaliser le plus de choses possibles soi-même est un plus. C’est également une façon de devenir indépendant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *