Comment parler d’argent avec ses amis

Peut-être que cela fait maintenant plusieurs mois/années que vous avez mis vos finances en ordre, ou peut-être que vous venez tout juste de commencer. Dans tous les cas, vous avez sans doute constaté qu’un des points les plus difficiles dans la gestion de votre argent, ce sont les relations avec les autres.

En fait on a vite fait de devenir un tyran quand on contrôle ses finances et du coup on est parfois agacé par nos amis ou proches qui « s’y prennent mal », ou alors on n’arrive pas à se mettre d’accord avec un conjoint ou un colocataire.

Parfois c’est les deux réunis, c’est mon cas : ma coloc a une gestion de ses finances qui m’étonne tous les jours, et en plus, elle a « du mal » à payer le loyer à temps… Alors comment gérer ces deux situations sans s’énerver et sans se brouiller avec tout le monde ?

Comment parler d’argent avec nos amis « qui s’y prennent mal »

Alors voici un exemple tout simple : ma coloc me dit souvent qu’elle a beaucoup de dettes, mais régulièrement je la vois rentrer avec plusieurs sacs de chaussures et d’autres vêtements. Ne vous y trompez pas, ça m’est égal qu’elle fasse beaucoup de shopping, chacun dépense son argent comme il le veut, mais la grosse voiture et le shopping toutes les semaines, je ne suis pas sure que ça vous mène à résoudre votre problème de dettes…

C’est ma coloc alors je ne dis rien, mais si c’était ma sœur ou une amie proche, peut-être que j’essaierai de lui parler. Je ne pense pas que ça marcherait parce que si elle agit comme ça, c’est qu’elle pense que c’est la bonne façon de faire. Si ça se trouve, elle pense que je suis une radine ! De façon générale, si quelqu’un n’est pas prêt à vous entendre… alors vous aller prêcher dans le vide. Je pense qu’avant de donner des conseils, il faut attendre qu’on vienne nous en demander.

Mais pendant ce temps là, il y a d’autre façon d’aider les autres :

  • Être un exemple. C’est fondamental, si vos amis voient que vous ne suivez pas vos propres règles, ils ne vous prendront pas sérieusement. Et je pense qu’il y a autre chose là-dedans : si ma sœur voit que je n’ai pas de problèmes d’argent, que je peux partir en vacances une fois par an sans manger des pommes de terres pendant des mois, peut-être qu’elle viendra me demander conseil. A ce moment-là je serais ravie de lui faire part de ce que j’ai appris !
  • Être disponible pour répondre aux questions. Quand j’ai commencé à m’intéresser à la gestion de mes finances, j’étais un peu perdue, surtout en ce qui concerne choisir un compte épargne, investir… Puis j’ai appris que certains de mes amis faisaient ça depuis des années. J’ai invité un copain à déjeuner et je lui ai posé plein de questions. Quelques mois plus tard, une de mes collègues me demande qu’elle est ma stratégie pour épargner, eh bien j’ai pu lui parler de la méthode de se payer en premier, et lui expliquer comment je faisais.
  • Recommandez un livre. Eh oui, après tout, si quelqu’un vous explique qu’il a du mal à gérer son argent mais qu’il ne veut pas vous écouter ou ne vous prend pas au sérieux, vous pouvez toujours lui parler du livre qui vous a aidé à prendre contrôle de vos finances. Comme ça vous ne vous mouillez pas trop, et s’il veut lire le livre et vraiment améliorer ses finances, il le lira.

Comment gérer les questions d’argent avec ses amis ou colocataires (ou son conjoint)

Reprenons l’exemple de ma colocataire : pendant plusieurs mois elle ne payait pas sa part des charges. Les factures sont à mon nom et en général je lui envoi un email avec ce qu’elle me doit, puis elle me transfert la somme. Pendant quelques mois, rien. Pas un virement, pas un mot, rien. Comme je n’avais pas envie d’entrer en confrontation, j’ai laissé couler jusqu’à ce que quelques mois plus tard elle me demande combien elle me doit et elle a payé sa dette.

Ça s’est réglé tout simplement donc. Mais principalement parce que je ne me suis pas énervée à cause de son retard, c’est d’ailleurs ma première règle :

  • Partez du principe que « il va y avoir un problème ». Attention ! Je ne vous encourage pas du tout à être grincheux et à vous dire que vous ne pouvez pas compter sur les autres, mais dans mon cas, ce qui m’a « sauvée » c’est que dès le départ je suis partie du principe que « ma coloc ne me remboursera pas, il faut donc que je sois capable de régler cette facture de moi-même ». Du coup quand le jour où ma coloc a commencé à ne plus me rembourser est arrivé, je n’étais pas stressée, puisque j’avais déjà prévu le coup en avance. Bien sur, ça ne veut pas dire que je l’aurais laissé ne rien payer pour toujours, mais ça me permettait juste d’être calme.
  • Fixez-vous un « rendez-vous financier ». Ca c’est quelque chose qu’on faisait avec mes tous premiers colocs en France :  une fois par semaine on se retrouvait tous les trois autour de la table à manger et on faisait les comptes : untel a payé tel facture, untel a payé tant, et ensuite on se faisait des chèques. Ca nous prenait 20 minutes, et il n’y a jamais eu de problèmes.
  • Faites part de vos dettes. Bon ça c’est plutôt un conseil pour ceux qui vivent en couple, il parait que les dettes sont à l’origine de bien des divorces. Alors si vous avez des dettes, il est important de ne pas les cacher à votre conjoint, mais de lui en faire part et de lui expliquer comment vous comptez les rembourser.
  • Faites votre budget à deux. Faites le bilan des entrées et des sorties, regardez quelle somme vous voulez mettre en commun pour les courses, le loyer etc, et décidez de combien vous pouvez garder pour vous-même.
  • Mettez par écrit vos objectifs à court, moyen et long terme. Quand on vit en couple, on est obligé de partager certains objectifs financiers, que ce soit les vacances, acheter une maison, épargner pour votre retraite. Faites le point chacun de votre coté pour connaître vos objectifs personnels et ensuite discutez-en avec votre conjoint et élaborez un plan !

Voilà, je suis sure que vous avez vos propres méthodes pour gérer les relations avec vos proches sans vous brouiller sur des questions d’argent. Faites m’en part dans les commentaires ! Et si vous avez des méthodes douces pour parler aux colocataires abusifs, surtout n’hésitez pas ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *